Un site web pour m’aider à trouver un bo bun de qualité ?

Le web peut-il m’aider dans ma quête du bo bun parfait ?

Dimanche dernier, avec une amie, nous cherchions un restaurant pour manger un bo bun. Mes réflexes étaient donc simples : sortir mon téléphone, utiliser internet et la géolocalisation pour trouver le Graal gustatif. Je pensais que j’allais pouvoir trouver facilement un restaurant pas trop cher, pas trop loin, avec le plat que nous cherchions. Tout cela grâce à un site web. Eh bien non. Cela s’est révélé plus difficile que je ne le croyais et nous avons fini par errer, à pied, guidées par la géolocalisation et pour vérifier les restaurants un à un.

Nous avons trouvé des restaurants fermés, alors qu’ils étaient indiqués ouverts sur internet. Nous avons trouvé des restaurants qui ne nous plaisaient pas. Nous avons vérifié des restaurants qui apparaissaient dans nos critères de recherches mais ne proposaient pas notre plat.

Pour après quelques péripéties trouver le restaurant qui nous convenait, par chance.

« Un voyage inattendu »

Dans un monde idéal, dans ma tête de jeune femme hyper-connectée, digital nomade, ça aurait marché.

Il aurait suffi de taper sur internet « Bo bun » + la localisation désirée en utilisant mon téléphone. J’aurais affiné mes critères de recherches en cliquant sur « ouverts », et en définissant un périmètre restreint (pour obtenir tous les restaurants désirés dans ce périmètre). J’aurais pu vérifier, en un clic, le site web de ces restaurants. Comme je sais qu’ils sont ouverts, qu’ils proposent un bo bun, j’aurais déjà éliminé pas mal de candidats. Cela me permettrait ensuite de regarder la carte, pour voir les ingrédients de leur bo bun, et regarder le prix. Cette vérification éliminera rapidement les restaurants n’étant pas dans ma fourchette de prix, et qui proposent des produits ne convenant pas aux intolérances que je pourrais avoir. Je pourrais aussi, si j’en ai envie, prendre le bo bun végétarien qu’ils proposent, quand je serais passée au végétarisme. Mais un petit clic me permettra déjà de mettre de côté un restaurant qui propose mon plat, ma recette favorite, avec une option végan.

Je pourrais aussi vérifier si ce restaurant demande de réserver une place. Dans ma quête du bo bun idéal, je pourrais aussi savoir si le restaurant est plein. Inutile de courir après un restaurant qui n’a plus de places et de couverts disponibles.

Une fois le restaurant sélectionné, avec la certitude de pouvoir obtenir une place, avec l’assurance que je puisse avoir le plat que je désire (quelle déception de courir après une chimère !), je me laisserais simplement guider par la géolocalisation.

Pour être encore plus fou, le restaurant pourrait savoir à l’avance que je désire ardemment ce bo bun, et qu’en plus je suis avec une amie qui veut aussi ce plat. Les cuisiniers sauraient alors qu’ils ont besoin de réserver tant d’ingrédients pour tant de personnes.

Nos tables seraient déjà prêtes. Le serveur récapitulerait avec nous les plats qui nous font envie, pour nous faire ensuite saliver à l’évocation de sushis. Même si nous venions avec un objectif : le bo bun, il est fort probable que nous craquions pour autre chose. Si en plus, ce serveur a une tablette pour nous montrer les photos de ses plats, alors je ne réponds plus de mes papilles.

Nos plats seraient prêts plus rapidement, parce que leur préparation aura déjà été anticipée en amont. Le site web du restaurant, connaissant ma localisation, sachant que nous en avions pour dix minutes à pied, aura prévenu la cuisine. La gestion du restaurant, anticipant ses consommateurs, en serait facilitée.

Comme le site web a enregistré le fait que j’ai passé plus de temps sur la recette du bo bun végétarien, il m’enverra d’autres suggestions de recettes végétales, pour m’aider dans ma transition.

Avec mon amie, nous avons vraiment apprécié le temps passé dans ce restaurant. La cuisine nous a conquis, et le tarif est abordable pour nos bourses fragiles. De bonne humeur, nous retournons sur le site web du restaurant pour le mettre dans nos favoris. Une carte de visite « internet » se glisse dans notre carnet de cartes de visite virtuelles. Plus tard, il nous suffira simplement d’un clic dans notre carnet « internet », pour retrouver notre restaurant coup de coeur. Un clic plus tard, une recette nous appâte. Un clic plus tard, le site web nous emmène, grâce à la géolocalisation, jusqu’à une table avec un bon bol de bo bun fumant.

Le début du rêve

Ce voyage idéal n’a pas été possible, même en version simplifiée. Au final, nous avons fini par trouver, par chance, un restaurant. Mais nous aurions pu y accéder plus simplement encore, avec un site web présentant le restaurant que nous recherchions.
Et peut-être que d’autres restaurateurs, en étant visibles sur internet, auraient pu gagner deux clientes ce soir-là. Pour ma part, j’ai trouvé un restaurant qui deviendra peut-être mon nouveau Q.G. Mais pour vous, restaurateurs, vous auriez pu gagner deux clientes.

Vous avez un restaurant ? Faites vous connaître. Ayez un site internet qui fonctionne, qui me permette de trouver ce que j’ai envie de manger. Ayez un site joli, avec des visuels attirants, qui me font saliver et courir plus vite chez vous.

Mon « voyage inattendu » n’est pas si inaccessible que ça. Tout est possible sur internet, et si ce n’est pas possible aujourd’hui, ça sera possible demain.

Restaurateurs, aidez-moi à vous aider. Je peux vous faire un site web, pour commencer ce voyage. Comptez sur ma motivation « gustative » pour vous porter encore plus loin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *