La surveillance généralisée

La surveillance généralisée nous concerne tous. Parlons, pour l’instant, de la surveillance sur les réseaux sociaux. Ce qui se passe actuellement est inquiétant.

La surveillance sur les réseaux sociaux

Pour ceux d’entre vous qui ont des comptes sur les réseaux sociaux, vous êtes concerné par cette surveillance. Bien entendu, il y a la surveillance à des fins commerciales. Les algorithmes récupèrent la moindre miette d’information pour vous proposer une publicité et rapporter de l’argent au réseau social. Mais cela ne va pas être le sujet de l’article. Parlons d’une surveillance plus large.

Big brother is watching you

Okay vous allez me dire que vous n’avez rien à cacher. Peut-être, et dans ce cas tant mieux pour vous. Mais connaissez-vous les nouvelles lois qui sont passées ces derniers temps ?

Le fisc vous surveille

Le fisc peut maintenant surveiller vos comptes sur les réseaux sociaux, à l’affût de signes montrant un niveau de vie plus élevé que ce qui est déclaré sur vos impôts. Vous déclarez peu de revenus et vous affichez votre Rolex sur Facebook ? Vous allez vous faire repérer par le fisc. Okay il semble normal que nous payions tous des taxes en fonction de notre niveau de vie pour le bon fonctionnement de notre société. Les fraudeurs doivent être repérés et punis.

Le droit à l’erreur

Vous n’allez sûrement pas oublier de déclarer un appartement, un mandat, une assurance quelque part. Mais pour ceux qui ont du mal avec les calculs… Et qui font une erreur… Les formalités administratives ne sont pas des plus simples. Puis une partie de la population va avoir un gros problème. La majorité des démarches vont se faire en ligne, sur internet. Or, tout le monde n’est pas à l’aise avec ces technologies, ni même équipé. Puis il faut avouer aussi que l’ergonomie de ces sites n’est pas toujours la plus adaptée et la plus efficace. Que d’heures passées, perdues au milieu de ces pages, sans trouver le bon bouton ! L’expérience n’est pas agréable et en plus, il faut faire encore plus attention aux erreurs, parce que le fisc surveille…

Une vision dystopique

Si tous les outils sont mis en place pour que le fisc puisse surveiller tout le monde facilement pour éviter les fraudes, qui va nous garantir que les objectifs recherchés ne vont pas changer ? Aujourd’hui, le fisc traque les fraudeurs, mais demain ? Que sera un fraudeur ? Quelqu’un avec peu de moyens qui achète des pâtes de marque ? Vous achetez un cadeau à votre enfant alors que vous n’êtes pas censé en avoir les moyens ? Vous faites de la récupération au lieu de vous ruiner dans les magasins ? Bon cette dernière question n’est pas encore classée comme tendance « dangereuse » mais qui peut dire de quoi demain sera fait ? Les personnes végétariennes et vegans sont déjà considérées comme extrémistes…

Pour une vision dystopique plus poussée et plus effrayante, regardez ce qui se passe en Chine. Voilà ce que nous risquons.
Même si vous n’avez rien à cacher, peut-être que demain le simple fait d’exister sera taxé. Pour l’instant, pour lutter contre ça, vous pouvez mettre vos profils de réseaux sociaux en « privé ». « Normalement », le fisc ne pourra pas voir ce qui est caché. Pour l’instant… Et demandons des garanties, des lois garantissant que nos droits ne soient pas bafoués. Demandons que la CNIL, organisme qui surveille que nos droits et devoirs en ligne soient respectés, soit écoutée.

Surveillance plus générale

Qui décide de ce qui est bien ou pas pour la population française ? Qui décide de comment elle doit penser et du contenu de ses pensées ? Personne ne devrait décider ça. Vous avez peut-être entendu parler des tentatives d’influences politiques visant à mettre Trump au pouvoir. Peut-être avons-nous eu la même chose chez nous… Et que va-t-il se passer si vous affichez votre désaccord avec les politiques gouvernementales sur les réseaux sociaux ? Des lycéens luttent actuellement contre les nouvelles épreuves E3C. Ils organisent pour cela diverses actions dont des manifestations et des blocus pour perturber le bon déroulement des épreuves. Certains d’entre eux se retrouvent interdit de composer aux épreuves, probablement à cause de leur appartenance à un compte Instagram concernant les blocus. Cette hypothèse est encore incertaine parce qu’il y a des étudiants sanctionnés et d’autres non. Les punitions semblent frapper aléatoirement. Néanmoins cela pose problème. Afficher son opinion n’est pas bien vu et sévèrement réprimé. De même que la liberté de s’informer. Quid des étudiants qui voulaient simplement savoir où en étaient les blocus pour savoir à quoi s’attendre en allant au lycée ?

Quels moyens avons-nous aujourd’hui pour afficher notre opinion sans brûler des poubelles ou se prendre des coups de LBD ? Nous n’avons plus les urnes, nous n’allons plus avoir les réseaux sociaux…

Qui va dire ce qu’il est bien ou pas ? Personne ne devrait avoir à prendre ces décisions ni l’imposer. Et aujourd’hui, si les mangeurs de graines et de tofus (petite référence télévisuelle) sont mis dans le même panier que les terroristes, alors nous pouvons être pessimistes.

Pour conclure… Et quelques lectures…

Je ne devrais pas vous dire d’être prudent. Vous devriez avoir le droit d’afficher vos opinions, votre collection de pots en verre pour vos conserves, votre superbe omelette sans oeufs.

Mais soyez prudent et attentif. L’actualité sociale est actuellement très chargée et ce qu’il s’y passe est effrayant. Je crains que les réseaux sociaux deviennent une arme de surveillance de masse (si elle ne l’est pas déjà, ce qu’il est possible d’argumenter, mais cela peut aussi empirer…).

Je vous mets ici quelques lectures. Vous aurez des sources et des informations complémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *