La digitalisation et l’écologie

Il y a quand même une réflexion que je me fais depuis quelque temps et qui me chiffonne. Nous voici donc aujourd’hui sur un billet d’humeur. Le digital et l’état de notre planète. Vaste programme…

Contexte technologique

Nous sommes en 2020 et le monde est frappé par le Covid_19, virus qui met l’économie mondiale à genoux (bon elle était déjà bancale avant…). La solution pour relancer l’économie semble donc être la digitalisation de plein de secteurs. L’Europe se lance donc dans des investissements colossaux pour le digital.

Nous sommes aussi à une époque où plein d’évolutions technologiques incroyables semblent possibles. L’informatique quantique qui fait rêver. Les voitures volantes. Les vaisseaux spatiaux récupérables et leurs fusées qui se garent tous seuls. L’IA, à la fois tentante et effrayante.

Il y a une partie de moi, très curieuse, qui aimerait bien voir toutes ces innovations technologiques prendre vie et voir jusqu’où ça va aller tout ça.

Contexte planétaire

Été 2019 et ses canicules interminables et successives. Quelle horreur. L’été 2020 semblait plus « gentil » mais la canicule était quand même bien longue. Bien trop longue. Les plantes et les arbres meurent. Plus rien ne pousse. La terre devient si aride que la creuser relève de la performance sportive.

Dans certains coins de la planète, les températures sont si élevées qu’elles rendent folles les êtres vivants.

Les scientifiques disent que la situation est catastrophique. Et il me suffit de regarder les plantes autour de moi pour approuver.

Une question de priorités

Alors j’aimerai bien voir des voitures volantes, avoir un ordinateur quantique, que l’homme aille sur Mars et que l’IA fasse mes devoirs. Du coup c’est plutôt cool d’investir dans tout ça.

Mais ce n’est pas tout ça qui va nous permettre de survivre quand tout va brûler. Ce n’est pas le digital qui va faire pousser des fraises pour nous nourrir. Bon, bien sûr, ils veulent mettre du digital dans l’agriculture aussi mais les fraises ont meilleur goût quand même. Et avant, il n’y avait pas tout ça, et ça poussait quand même très bien.

Et en soit, il y a de quoi nourrir tout le monde… Largement… Si autant de nourriture n’était pas jeté…

Un bond dans le futur pour revenir en arrière ?

Alors bien sûr, ce serait dommage de revenir en arrière, dans le passé. Surtout avec toutes les avancées actuelles. Le mieux serait de pouvoir accorder notre « monde » technologique actuel à un mode de vie qui nous permettra de ne pas brûler dans quelques années.

Pas sûre que ce soit tous ces investissements dans le digital qui nous permet de faire ça. Parce que ralentir, décroitre, ne plaira pas au capitalisme…

Et puis quand même… Il faut bien les faire ces investissements dans le digital… En attendant, toute la verdure autour de moi meure. Et je suis à côté de Paris et je ne trouve plus de médecins tandis que l’hôpital s’écroule sous la vague de Covid_19.

Mais nous aurons des investissements dans le digital…

Tout n’est qu’une question de priorités…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *