La liberté d’expression sur Internet

Là encore l’actualité m’écarte du programme que je m’étais donnée pour le blog ! Mais je ne pouvais pas passer à côté de ce sujet. Trump, encore lui, qui se fait bannir des réseaux sociaux les plus populaires. Ses sites de vente qui se font supprimer par les plateformes d’hébergement. Il va sur un autre réseau social ? Pas de panique, il suffit de s’attaquer à ce réseau social ! Mais quid de la liberté d’expression sur Internet ?

Quand un tweet est une bombe nucléaire…

Vous avez vu ce qui s’est passé au Capitole aux USA ? Je vous ai fait un article juste ici. Un tweet de Trump peut créer une guerre. En réalité, Trump a déjà allumé une guerre avec la Chine, sur le plan commercial. Mais espérons ne pas avoir une guerre avec des bombes, des armes, des massacres.

Si vous faites parties du groupe qui a peur que Trump fasse exploser notre planète en un tweet, vous êtes sûrement rassuré qu’il n’ait plus accès aux réseaux sociaux. Je lisais aussi des tweets indiquant que le risque de révolution est inquiétant aux USA. En effet, les supporters de Trump semblent ne pas vouloir céder l’élection qui leur a été « volé ». Il nous reste plus que quelques jours avant de passer à un président qui, je l’espère, est moins angoissant.

Mais des voix s’élèvent en France pour protester contre le bannissement du président Trump des réseaux sociaux. Ces voix semblent politiques. Personnellement je ne connais pas suffisamment la politique pour tirer des conclusions à ce sujet, et vu les problématiques actuelles c’est une erreur. Nous pouvons néanmoins nous poser une question à ce sujet : le bannissement de Trump des réseaux sociaux est-il problématique pour la liberté d’expression ?

Personnellement, cela me soulageait parce que j’avais peur que Trump déclenche une guerre. Mais face aux voix qui se scandalisent, que penser ?

Le fameux vaccin

Que vous soyez dans le camp « pour » ou « contre » du vaccin au Covid19, vous savez qu’il y a des fausses informations partout. Les deux camps s’affrontent pour faire triompher une vérité, et un des champs de bataille se trouve sur internet.

Parce qu’il est possible de recruter d’autres esprits dans son camps en affichant ses opinions sur un réseau social.

Dans le camp des « pour » des médecins et membres du personnel soignant au contact du covid. Ils tentent d’expliquer pourquoi le vaccin est important, et répondre aux questions du public. Cherchant à motiver les autres à se faire vacciner, ils s’affichent publiquement en train de se faire vacciner. Et des gens « contre » lancent alors une campagne de harcèlement sur ces médecins.

Les combats pour faire triompher « une » vérité sont violents sur certains terrains. Mais cette vérité peut soit tuer des vies, soit en sauver.

Les réseaux sociaux tentent de réguler un peu les champs de bataille en supprimant des terrains de jeu des membres du clan « contre ».

Quid de la liberté d’expression quand des vies sont en jeu ?

Qui est responsable dans tout ça ?

Le réseau social portant le message haineux de Trump, potentiellement cause de guerre, est-il responsable du message du président ? La plateforme véhiculant les incitations à la vaccination vont-elles déclencher un génocide à cause d’un vaccin « mortel » ? Ou inversement en diffusant des informations fausses et effrayantes sur un vaccin qui pourrait tous nous sauver ?

Heureusement ce n’est pas à moi de trancher sur ces questions. Parce que n’importe quel choix risque de très mal passer vu le contexte actuel. Quand Trump n’était pas banni, les plateformes étaient appelées à plus de régulations. Trump évincé : elles régulent de trop !

Et les vaccins ? Réguler les fake news ne suffit pas puisque les gens peuvent contourner les nouvelles règles. Valoriser les médecins qui font la promotion de la vaccination ? C’est mettre en danger ces médecins. Le choix est donc compliqué.

Je n’aimerais pas être en charge de ces plateformes de réseaux sociaux en ce moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *