Google My Business pour promouvoir votre entreprise

Google My Business : une carte pour montrer l'intérêt de l'outil

Avez-vous pensé à Google My Business pour promouvoir votre entreprise ? Cette fiche Google vous permet d’être visible au niveau local.

La visibilité sur Internet

Internet vous permet d’être visible dans le monde entier. Selon votre secteur d’activité, cette visibilité mondiale ne sera pas forcément utile. Même si vous pourrez toujours « transformer » vos visiteurs trop éloignés via des publicités et de l’affiliation.

Mais vous pouvez aussi être visible au niveau local, pour permettre aux clients dans votre secteur de se rapprocher de vous.

C’est notamment bon pour votre SEO, comme cet article !

Google My Business pour le marché local

Lorsque vous recherchez un professionnel sur Google, ou un produit à acheter, vous obtenez des pubs (que personne ne regarde parce que c’est agaçant) puis vous tombez sur une carte du lieu où vous vous trouvez. Avec le nom de professionnels autour de vous.

Vous pouvez vous aussi vous positionner dans cet outil, via cette fiche. Bien mise à jour, avec du contenu régulier, peut vous rapporter des visiteurs et des futurs clients !

Poster du contenu régulièrement

Vous pouvez aussi utiliser cet outil pour publier du contenu régulièrement. Cela vous permettra de rester au contact de votre clientèle. De plus, cela peut aussi être le lieu de nouveaux types de contenus. Par exemple, je peux utiliser mon site pour parler de WordPress, Medium pour parler de programmation, et cette fiche pour poster des photos de sites. Peut-être serez-vous plus à l’aise avec ce type de stratégie.

Alors pensez-y ! C’est par ici !

J’ai découvert une faille de sécurité sur WordPress !

Je suis tombée par hasard sur une faille de sécurité sur WordPress. Je vous la partage afin que vous puissiez sécuriser votre propre site si elle apparaît chez vous aussi…

Une faille de sécurité montrant l’identifiant de l’admin WordPress

Cette faille montrait l’identifiant de l’administrateur du site WordPress. Et cela est évidemment problématique ! Il suffit pour le pirate de trouver :

  1. la page que vous utilisez pour vous connecter sur votre site, mais vous pouvez cacher cette page comme je vous l’explique ici
  2. votre identifiant, qui peut être découvert via cette faille
  3. votre mot de passe, en espérant pour vous qu’il soit compliqué à trouver

Si ces trois points sont faciles à trouver… C’est le jackpot. Et je tiens à insister sur le fait qu’il peut être ridiculement facile de trouver ces trois points. Quand je veux faire peur à des camarades utilisant WordPress, je tombe très souvent sur leur page de connexion… L’identifiant est facilement devinable (le nom et prénom de la personne, ou l’adresse mail). Il n’y a que le mot de passe qui les protège encore un petit peu, parce que je ne vais pas jusqu’à lancer une attaque par force brute (un programme qui teste tous les mots de passe possible). En général, la démonstration suffit à les convaincre de protéger leur site.

Explication de la faille

Je manipule souvent l’url des sites pour naviguer dedans. C’est-à-dire que je fais souvent : nomdusite/nom-de-la-page-que-je-veux-visiter. C’est plus rapide pour moi, maintenant que j’ai l’habitude. Sauf que ce jour-là, j’ai fait une faute d’orthographe… Qui m’a renvoyé sur la page 404, la page d’erreurs. Et j’ai vu que la page affichait l’identifiant de l’administrateur du site, dans le titre de l’onglet… C’est évidemment le genre d’information qui ne doit s’afficher nulle part !

Comment corriger cette faille de sécurité sur WordPress

La solution la plus facile que j’ai trouvée, sans toucher au code, consiste à installer une extension qui fait une page 404. Avec ce genre d’extension, vous n’avez qu’à faire une page 404, demander à l’extension d’utiliser cette page, et l’identifiant disparaît. Notez aussi que certains thèmes font cette option.

Pour les plus aventureux d’entre vous, vous pouvez aussi passer par le code, en travaillant le php de la page 404. Mais je voulais surtout donner la solution la plus simple, pouvant aider même ceux qui ne codent pas.

Sécurisez vos sites s’il vous plaît ! C’est effrayant à quel point il est facile d’accéder à vos informations !

Toogl Track, la gestion du temps pour freelance

La gestion du temps en freelance, une compétence clé parfois difficile à acquérir… C’est pourquoi je veux vous présenter Toogl Track, celui qui m’a aidé à survivre lors de cette absence d’un mois.

Un tracker pour la gestion du temps

toogle track, outil de gestion de temps pour les freelances et autres

L’outil peut être utilisé très simplement. Rentrez le nom de votre tâche. Ensuite vous pouvez la classer dans le dossier d’un projet. Il vous suffira pour cela de cliquer sur le dossier à droite du champ de texte. Vous pouvez aussi choisir si cette tâche doit être facturée. Et appuyer sur le bouton play.

Plein d’options pour les freelances et la gestion du temps

Personnellement, la configuration présentée plus haut me suffit. Mais vous pouvez la changer ! Vous pouvez visualiser vos données sous forme d’un calendrier par exemple.

De plus, Toogl Track peut s’intégrer à d’autres outils que vous utilisez, afin de gagner encore plus de temps. Et la version gratuite peut sûrement vous suffire !

Le reporting

Cet outil vous explique combien de temps vous avez passé sur chaque projet. En prenant l’option premium suivante, vous pouvez indiquer si les items doivent compter pour la facturation. Cerise sur le gâteau, vous pouvez dire à l’outil quel est votre taux horaire… Et le reporting vous donnera le nombre d’heures passées sur chaque projet et combien cela vous a rapporté…

Il y a plein d’autres manières d’utiliser Toogl Track dans votre workflow. Testez ! Cela peut vraiment simplifier votre gestion du temps en tant que freelance.

5 astuces de base pour améliorer votre SEO

1

Le SEO est important pour améliorer la visibilité de votre site web. Testez ces 5 astuces simples pour votre SEO !

La vitesse de votre site dans les astuces SEO

Cette astuce SEO n’est pas directement reliée à une amélioration de votre positionnement sur les moteurs de recherche. Et pourtant, vous devez faire attention à la vitesse de chargement de votre site ! Je vous en avais déjà parlé dans cet article. La logique est simple : si votre site met trop de temps à charger, alors vos visiteurs ne vont pas attendre et partir. Si le temps de chargement est suffisamment rapide, vos visiteurs vont rester. Et cela donne des informations utiles à Google, par exemple, qui préfère des utilisateurs qui restent longtemps.

La qualité du contenu

Bien avant de mettre en place des techniques de SEO complexes, il vous faut du contenu de qualité. Offrez à vos lecteurs du contenu utile, qui répond à leurs questions, aide à résoudre leurs problèmes.

Outre le fait d’être très sympa pour vos lecteurs et de leur donner envie de vous offrir quelque chose en retour, un contenu de qualité aura une influence positive sur votre site.

Faire des efforts pour un contenu qui ne marche pas, qui ne plaît à personne, est évidemment inutile. Votre contenu doit répondre à la demande des lecteurs qui font leurs recherches sur internet !

Souvenez-vous que le moteur de recherche est avant tout un endroit où nous posons des questions, et votre contenu doit y répondre.

Le choix des mots-clés

Pour revenir sur l’astuce précédente, il faut rajouter une précision sur le fonctionnement d’un moteur de recherche. Nous y posons nos questions, mais sans les taper en entier. Nous fonctionnons par mots-clés.

Les mots-clés aident aussi les petits robots des moteurs de recherche à comprendre de quoi parle votre contenu, afin que ces contenus soient donnés aux utilisateurs qui les recherchent.

Choisissez donc bien vos mots-clés ! Il y a plusieurs sites qui vous aident dans votre choix. Nous en parlerons dans un prochain article…

Faire des liens

Votre contenu doit contenir des liens. Tout d’abord, vous avez des liens internes. Il s’agit d’un lien qui renvoie vers une autre page, un autre article de votre site. Relier tous vos contenus entre eux aide les moteurs de recherche à comprendre votre site et donc mieux le positionner.

Puis vous avez les liens externes. Ils consistent à mettre dans votre contenu un lien envoyant vers un autre site. Là aussi, ces liens aident les moteurs de recherche à mieux comprendre votre site.

Utiles pour vos lecteurs, ces deux types de liens sont très importants pour les moteurs de recherche !

Analyser !

Enfin, pensez à regarder vos statistiques ! Analysez grâce à des outils de statistiques déjà présent sur votre site, et via l’aide de Google Analytics. De cette manière, vous pourrez comprendre ce qui plaît à vos visiteurs et ce qu’ils semblent ne pas aimer. Vous pourrez donc favoriser les meilleurs contenus.

Vous en apprendrez aussi plus sur ceux qui vous lisent, afin de leur montrer le meilleur.

C’est tout pour aujourd’hui concernant les astuces de base du SEO. Si vous voulez en savoir plus rapidement, vous pouvez aller voir le blog de Semrush.

Alternative à Adobe : la suite Affinity

Illustration pour l'article sur la suite Affinity comme alternative à Adobe. Ensemble d'icônes de fichiers composant un site web : jpg, js, pdf, psd, mp4, ai, png, id, html, php, css, tiff

J’utilise une alternative à la suite Adobe qui suffit pour mes besoins. Elle me satisfait tellement que je veux vous en parler. Cette alternative, c’est la suite Affinity.

Petit tour de la suite Affinity, la meilleure alternative à Adobe

La suite comporte plusieurs logiciels pour répondre à un large éventail de besoins. Il y a :

=>Affinity Designer : pour créer tous vos concepts

=>Affinity Photo : afin de retoucher vos photos

=>Affinity Publisher : qui permet de faire des magazines, des maquettes web et différents types de supports

Vous pouvez en plus acheter des packs de contenus à travailler dans les logiciels, pour vous aider lors de vos créations. Et parce que ce serait dommage de réinventer la roue. La boutique dispose aussi de manuels d’exercices, pour nous aider à progresser sur leurs logiciels.

Pourquoi j’aime tellement la suite Affinity ?

Le prix en tant qu’alternative à Adobe…

Après mon master, j’ai voulu acheter la suite Adobe pendant deux ans, afin d’obtenir des compétences utiles sur le marché du travail. Sauf que Adobe coûte très cher. Les logiciels sont complets et incroyables cela dit. Mais il faut pouvoir se les payer ! L’ennui c’est que les logiciels ne nous appartiennent pas… Il faut donc payer… Plusieurs fois… 719 euros tous les ans…

La suite Affinity permet d’acheter les logiciels séparément et pour moins cher. En temps normal, les logiciels sont à 54,99 euros. Mais il y a parfois des réductions de 50% ! C’est déjà beaucoup plus abordable ! En plus, c’est à vie ! Il n’y a plus besoin de payer ensuite !

Les fonctionnalités de la suite Affinity…

C’est difficile d’opposer une concurrence sérieuse à Adobe au niveau des fonctionnalités. Et pourtant Affinity se débrouille très bien. Jetez un oeil aux fonctionnalités. Si ça se trouve, les logiciels conviendront très bien à votre utilisation et vos besoins.

Mon utilisation de la suite

En ce moment, j’utilise beaucoup plus Affinity Photo. En effet, pour certaines missions freelance que je réalise, j’ai besoin d’appliquer un traitement particulier sur un lot de plusieurs photos. J’ai pu créer un script très facilement, afin que le logiciel le fasse automatiquement sur tout le lot ! Affinity Photo me permet aussi de faire les modifications basiques sur les photos que je traite.

En conclusion…

Adobe c’est bien. Mais c’est cher.

Affinity est tout à fait convenable aussi, moins cher, et peut sûrement répondre à vos besoins. Alors allez jeter un oeil.

Installer Scald sur votre site Drupal

Scald est un module Drupal qui va vous faciliter la tâche dans la gestion des medias (images, vidéos, audios, tweets, et autres) sur le CMS avec un outil unique. Mais pour l’installer, il va falloir se retrousser les manches ! Alors c’est partie !

Je dois aussi préciser qu’il y a autant de Drupal que de développeurs. Ainsi, je ne peux pas vous donner des indications pour votre configuration précise. Néanmoins, je vais rester la plus générale possible.

Les modules à installer sur votre Drupal avec Scald

Vous avez besoin de plusieurs modules pour faire fonctionner Scald. Occupons nous de ça maintenant.

Scald

Vous pouvez télécharger le module ici, sur le site de Drupal. Récupérez le dossier correspondant à votre version, et si possible une version en vert… Les versions en rouge doivent être évitées.

Pour l’installer, direction « Modules » et « Install new module » qui est avant le tableau. Il n’y a plus qu’à y mettre votre dossier.

Vous allez alors obtenir cet écran :

Screenshot montrant comment se présente la section "Modules" de Drupal, avec l'installation de Scald.

Vous voyez la section module en haut. Et pour les flèches, ce sera comme ça sur votre Drupal quand vous aurez tout installé ! Parce que, comme vous allez le remarquer, vous ne pouvez pas cocher les cases « Enabled », autorisant le fonctionnement du module. Cela parce que Scald a besoin d’autres modules. Pour être plus précise, il a besoin de tout ce qui est « missing » et d’autoriser tout ce qui a besoin d’être « enabled ». Pour ma part, je vous montre ce que j’ai eu besoin d’installer sur Drupal 7. Peut-être aurez vous besoin d’installer d’autres choses de votre côté.

Installation de CTOOL

Pour récupérer CTOOL, allez sur le site officiel de Drupal juste ici. Suivez la même procédure pour l’installer.

Installation de Views

Rendez-vous sur cette page du site officiel et suivez la procédure habituelle.

Installation de CKeditors

Même protocole, et allez ici pour le récupérer.

Réglages supplémentaires

  1. Configuration => CKEditors => modifier (edit) le format Filtered HTML => Editor Appearance => descendez et cochez la case relative à Scald et enregistrez
  2. Structure => Content Types => Article => Manage fields => Edit dans la ligne Body => cochez la case Drag & Drop (cette dernière servant à Scald) puis enregistrer
  3. Créez un article et vous avez Scald qui apparaît enfin à votre droite !

Vous n’avez plus qu’à faire votre article et insérer vos images. Si vous avez d’autres besoins, n’hésitez pas à me les suggérer en commentaire !

Scald : le module de gestion de vos medias sur Drupal

Avez-vous pensé au module Scald pour la gestion de vos medias sur Drupal ?

Améliorez la gestion de vos medias sur Drupal

Le module Scald vous permet de gérer tous vos médias au même endroit. Cette fonctionnalité s’applique pour les images, les tweets, les vidéos, et autres.

Ce module s’associe à d’autres modules, pour vous faciliter le travail. Vous pouvez y associer le module Manual Crop par exemple, afin de recadrer vos images.

En plus, il est utilisé par des sites qui ont des millions de medias, comme ARTE. Vous pouvez donc faire confiance à ce module.

Et vous le trouvez ici.

Comment se présente Scald ?

Image qui montre un article sur Drupal, avec du texte lorem ipsum, une image de libellule en noir, et montre aussi la colonne Atom sur la droite

Dans la colonne de droite, vous voyez de la liste de tous les medias dont vous disposez. En cliquant sur search, tout en haut, vous pouvez déplier la barre de recherche. Pratique si vous avez des millions d’images ! En nommant vos images précisément, vous pourrez les retrouver grâce à la barre de recherche ! Repliez-la une fois la recherche terminée, pour gagner de la place !

Vous voyez le carré gris clair dessous la barre de recherche ? En cliquant dessus, vous pouvez déplier et replier la colonne de Scald. De cette manière, quand vous avez glissé toutes vos images sur votre article, ou toute autre page, vous pouvez replier Scald pour qu’il ne vous gêne pas.

Testez Scald ! Et venez raconter comment ce module vous change la vie ! Et découvrez ici comment l’utiliser.

Publier une image sur votre site Drupal

Publier une image sur votre site Drupal peut vous paraître très compliqué au départ. Drupal est très procédurier et fonctionne avec une logique qui peut paraître étrange la première fois. C’est pourquoi je vous propose un article pour vous aider. 

Je veux vous faire des articles pour vous aider sur Drupal mais je suis confrontée à un problème : il y a autant de Drupal que de développeurs. Je ne sais même pas combien il y a de configurations possibles sur un site Drupal. Du coup, je ne peux pas adapter mon article à votre site précisément. Je vais donc vous donner une procédure générale. À vous de voir ce qui correspond avec votre configuration. En espérant que cette roadmap puisse vous aider à naviguer dans les eaux troubles de ce CMS farceur… 

Travailler l’image avant de la publier sur Drupal 

Avant de publier votre image sur Drupal, vous allez devoir la travailler. Vous devez vous assurer qu’elle correspond aux standards du web tout d’abord, puis qu’elle ait la bonne taille. 

Comment savoir quelle taille doit faire votre image ? 

Deux options : 

  1. L’option la plus simple est de prendre la taille du crop le plus grand sur Drupal. Drupal possède des crops (recadrages) de différentes tailles. Si vous faites votre image à la taille du crop le plus grand, elle sera à la taille de ce crop. Puis si vous avez besoin d’un crop plus petit, vous aurez juste à sélectionner la partie de l’image que vous souhaitez mettre en avant. Et avec un peu de chance, le rendu du petit crop sera satisfaisant ! Sinon, il vous reste toujours la deuxième option… 
  2. Tailler l’image à une taille particulière. Vous aurez peut-être besoin d’une taille qui n’est pas disponible dans les crops de Drupal. Dans ce cas, vous devrez tailler l’image à la main. Vous n’aurez ainsi pas de crop à ajouter.  

Ajouter l’image sur Drupal via Atom

Montre la fenêtre Create Atom dans Drupal, avec l'upload d'une image de libellule

Vous allez ensuite devoir créer un Atom. Les Atom regroupent tous les fichiers que vous allez ajouter sur votre site : les images, les pdf, les vidéos… Si vous n’avez pas encore cette option sur votre site, il vous faut installer le module appelé Scald, que vous trouvez juste ici : sur le site de Drupal.org. Il y a d’autres outils, mais je n’ai pas encore joué avec. Il y a encore d’autres choses à installer en plus de Scald mais cela mérite un article à part entière. Nous allons aussi partir du principe que vous avez déjà enregistré vos crops dans votre configuration Drupal. Si ce n’est pas le cas, il va falloir que je vous fasse un article… En effet, je n’ai pas paramétré de crops non plus !

À partir de là, vous aurez différents réglages à faire. Vous devrez d’abord  choisir les crops et leur positionnement (un rectangle ou un carré qui contient ce qui va être gardé de l’image et ce qui est en dehors sera jeté). Puis vous aurez sûrement d’autres informations à remplir suivant la configuration que vous avez choisie. 

Voici un exemple de crop sur Drupal, sachant que ma configuration est très minimale :

1

Tout ce qui est dans le rectangle est gardé. Les papillons en dessous, dans la partie grise, vont disparaître.

Validez et à partir de là, deux suites possibles (toute ressemblance avec une histoire dont vous êtes le héros est totalement fortuite…) : 

  1. Vous n’avez qu’une langue sur votre site (super, du travail en moins !) : vous pouvez passer à l’étape suivante 
  2. Vous avez plusieurs langues sur votre site et il va falloir traduire… Normalement, Drupal retient tout ce que vous avez marqué dans la traduction, mais vous allez quand même devoir valider… 

Poster votre image 

Vous cherchez sûrement à poster votre article sur une page ou un article… Quoi qu’il en soit, je vous conseille de la poser sur une zone texte. Parce que sur votre éditeur, dans votre zone texte, vous avez un bouton qui vous permet d’afficher les sources… Et de récupérer le code de votre zone texte. C’est pratique ! Vous pouvez récupérer ce code et le coller où vous voulez ! Cela vous laisse la possibilité d’arranger la mise en page comme vous le souhaitez. 

Une fois votre image posée, vous pouvez faire d’autres réglages, en faisant un clic droit dessus. Testez l’option « Edit Atom property ». Elle vous propose des crops supplémentaires et un positionnement. 

Vous allez sûrement obtenir quelque chose comme ça, très approximativement, suivant votre configuration :

Image qui montre un article sur Drupal, avec du texte lorem ipsum, une image de libellule en noir, et montre aussi la colonne Atom sur la droite

Conseils en plus 

Vous allez peut-être avoir besoin de poster votre image à différents endroits du site. C’est là que les crops vont se révéler le plus utile. En effet, il vous suffit d’uploader votre image une fois et de mettre plusieurs crops. Comme ça, vous aurez plusieurs images… En ayant injecté une seule image. 

Comment savoir quel crop utiliser en fonction des zones ? 

Postez votre image dans cette nouvelle zone. Faites clic droit sur l’image et ouvrir dans un nouvel onglet. Dans l’url s’affiche le nom du crop dont se sert Drupal, à côté de la partie style. Vous savez ainsi quel crop régler ! 

Supprimer une image de Drupal 

Ne le faites pas. 

Ça casse tout, c’est horrible ! 

Si vous avez besoin de supprimer une image tout de même, vous pouvez juste l’enlever des zones où elle apparaît. Elle restera toujours dans les Atom, mais personnellement, je ne suis pas allée plus loin. 

Si vous voulez remplacer cette image par une autre, vous pouvez modifier l’image, enlever la source et injecter une nouvelle image… Mais avant d’injecter cette nouvelle image, vous devez la renommer différemment. En effet Drupal va garder la première image en mémoire. Si vous injectez une deuxième image au nom identique, le site ne va pas comprendre quelle image afficher (et c’est le début des problèmes…) 

Montre la fenêtre Create Atom dans Drupal, avec l'upload d'une image de libellule

Si je veux changer ma libellule noire pour mettre une libellule en couleurs, par exemple, je clique sur Remove et je mets mon fichier libellule, avec un autre nom (libellule2 par exemple).

Conclusion 

Courage ! Faites-vous une roadmap avec les étapes à suivre. Gardez toujours le même ordre et à force de pratique, vous allez gagner en vitesse. 

Les nouveautés de WordPress 5.8

Nous sommes sur le point de découvrir une nouvelle version de WordPress, la version 5.8. Cette dernière apporte des nouveautés très intéressantes dont nous allons faire le tour.

Le full site editing : la perle de WordPress 5.8 !

Vous avez envie de changer tous les blocs présents sur votre site mais votre thème ne vous permet pas d’en changer certains ? Vous avez un thème gratuit et vous ne pouvez pas modifier votre site comme vous voulez ? Vous ne savez pas coder, donc vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez sur le site ?

Le full site editing est l’option qui va vous permettre de faire plein de modifications, sans mettre la main dans le code ou sans changer de thèmes.

Cela va passer par les blocs, comme ceux que vous pouvez voir sur cette image.

1

Mais vous aurez encore plus de blocs ! En plus, vous pourrez sauvegarder ces blocs dans un modèle, pour les réutiliser partout où vous le souhaitez.

Ces blocs pourront aussi devenir des widgets. Vous pourrez donc les placer aux endroits où vous placez vos widgets habituellement. Vos widgets pourront devenir des blocs aussi ! Avant, vous ne pouviez pas mettre vos widgets partout facilement mais cette mise à jour va vous permettre de le faire.

Améliorations de l’éditeur

L’éditeur va avoir un certain nombre de corrections et d’améliorations, comme à chaque mise à jour.

Notons l’apparition d’une fonctionnalité permettant de repérer les parents de vos blocs, utiles si vous faites des blocs avec des colonnes.

Vous pourrez aussi mieux voir tous les blocs qui composent votre page, pour mieux sélectionner celui qui vous intéresse.

La mise à jour nous offre aussi des améliorations des blocs et des filtres en plus pour travailler les images.

Et apparemment, il y a des nouveautés qui devraient plaire aux développeurs, alors j’ai hâte de pouvoir jouer avec tout ça !

Petite astuce avant d’installer cette mise à jour tout de même : attendez deux trois semaines… Quand la mise à jour est très récente, il peut y avoir de nombreux bugs. Attendez que les développeurs installent la mise à jour sur leur site, trouvent et remontent les bugs !

Test de Missinglettr, outil d’automation

Aujourd’hui je teste Missinglettr, un outil d’automation. Que peut apporter ce site pour automatiser des actions répétitives et très chronophages ?

Présentation de Missinglettr

Missinglettr est un site qui poste automatiquement le contenu de mon blog sur les réseaux sociaux que j’ai définis. Pour chaque article posté, il programme des posts sur un an ! Alors si votre blog possède un grand nombre d’articles, vous avez de quoi remplir votre calendrier éditorial très facilement !

En plus, le site s’arrange pour mettre en forme les posts avec une forme et un texte différent (vous avez toujours le lien de votre article, mais un texte de présentation qui diffère) ainsi que des hastags. Vous n’avez plus qu’à arranger des choses si besoin et cliquer pour valider. Et vous obtenez une campagne d’un an !

Comment faire ?

Il suffit de rentrer l’url de votre blog et de connecter vos réseaux sociaux. J’ai vu que Missinglettr pouvait aussi récupérer les articles de Medium, mais je n’ai pas encore testé cette fonctionnalité.

Ensuite Missinglettr surveille votre blog et à chaque nouvel article vous propose un certain nombre de posts. Par exemple, pour moi Missinglettr programme 9 posts.

1

Nous nous retrouvons sur une liste de brouillons de campagnes. Choisissez le brouillon que vous voulez transformer et cliquez.

1

Arrivé là, vous pouvez choisir vos hastags (ou en mettre des nouveaux si la liste proposée ne vous convient pas), sélectionner vos images, et vos citations.

1

Puis vous arrivez sur les posts. Vous pouvez les regarder un par un, changer ce que vous voulez, et valider.

Et en quelques clics vous avez un an de contenus !

Mon avis

Je suis en train de tester le site avec un des plans payants. Franchement je suis tellement bluffée que je vous en parle tout de suite. Je vous ferai un autre retour plus tard, après un test plus long et fourni.

L’outil programme littéralement un an de contenus. C’est incroyable. Franchement, testez vous aussi. Quel gain de temps !

J’ai encore des réglages à faire toutefois. Je n’ai pas encore exploité l’outil au maximum de ses capacités, et peut-être que je passerai à un plan payant plus cher pour débloquer plus d’options.